S.C.I. dispose d’un service de dosimétrie personnelle autorisé par le CSN depuis 1993, qui le soumet depuis cette date à des inspections périodiques.

De plus, ce service de dosimétrie personnelle a participé à des comparaisons inter laboratoires organisées par le CSN (équivalent ASN) au niveau national et les résultats ont toujours été satisfaisants.

QU’EST-CE QUE LA DOSIMETRIE ?

La dosimétrie du rayonnement est la technique utilisée par les scientifiques pour étudier la relation entre les doses de rayonnement et ses effets sur un système, en général biologique.

La dosimétrie est primordiale pour quantifier les impacts biologiques en fonction de la quantité de rayonnements reçus ainsi que pour contrôler l’exposition aux rayonnements des êtres humains et les effets sur l’environnement.

FONCTIONS DU DEPARTEMENT DE DOSIMETRIE PERSONNELLE DE S.C.I.

Types de dosimétrie

DOSIMETRIE PERSONNELLE

Celle-ci se divise en plusieurs types de dosimétrie en fonction de sa localisation :

Dosimétrie corporelle

Pour la mesurer, on utilise des dosimètres qui se portent au niveau de la poitrine. L’utilisation du dosimètre est personnelle et il doit être porté à chaque fois qu’il existe un risque d’exposition aux rayonnements ionisants.

Ces dosimètres permettent d’estimer les doses reçues par l’organisme entier des travailleurs exposés aux rayonnements ionisants. On parle de « dose équivalente en surface » (Hs = Hp (0,07)) et de « dose équivalente en profondeur » (Hp = Hp (10)).

Selon la règlementation en vigueur (Décret royal 783/2001 (article 27), les doses reçues par les travailleurs exposés doivent être déterminées au maximum tous les mois. C’est pour cela que la période de port des dosimètres, et donc leur lecture, doit être mensuelle.

Chaque personne (utilisateur) de l’installation (entité) abonnée au service de dosimétrie aura deux dosimètres qu’elle devra utiliser en alternance (un dosimètre ne doit pas être envoyé au laboratoire avant la réception de l’autre).

Si l’utilisateur porte des vêtements en plomb (tablier, gilet…), le dosimètre doit toujours être mis en-dessous.

Dosimétrie des extrémités

Pour ce type de dosimétrie, on utilise des dosimètres « bagues ». Avant de pouvoir commencer cette dosimétrie, l’utilisateur doit déjà être inscrit pour la dosimétrie corporelle.

Cette bague est utilisée lorsque l’on estime que les doses de rayonnement reçues aux extrémités (mains) peuvent être considérablement supérieures à celles de la dosimétrie corporelle.

L’utilisation de la bague est personnelle et elle doit être portée à chaque fois qu’il existe un risque d’exposition aux rayonnements ionisants. Si l’utilisateur porte des gants, la bague doit être placée en-dessous.

La bague se porte sur l’un des doigts de la main et le détecteur doit être orienté vers le faisceau de rayonnement. Ce dosimètre est utilisé pour estimer les doses reçues aux extrémités (mains) du travailleur exposé aux rayonnements ionisants, en termes de dose équivalente pour l’extrémité (Hext = Hp (0,07)).

Lorsque les deux mains peuvent être soumises aux rayonnements ionisants de manière notable, deux dosimètres de ce type sont attribués. Pour cela, l’utilisateur doit mettre une bague sur chaque main. Le personnel en médecine nucléaire par exemple en porte deux.

Chaque extrémité de l’utilisateur de l’installation qui est inscrit au service de dosimétrie aura deux dosimètres attribués qui devront être utilisés en alternance (un dosimètre ne doit pas être envoyé au laboratoire avant la réception de l’autre). La période de port du dosimètre, et donc la lecture, est mensuelle.

Dosimétrie de l’abdomen

Ce sont les mêmes dosimètres que ceux utilisés pour mesurer la dosimétrie corporelle mais ils se placent au niveau de l’abdomen. C’est une dosimétrie destinée aux femmes enceintes pouvant être exposées aux rayonnements ionisants. Cette dosimétrie permet d’estimer la dose reçue par le fœtus. On obtient la « dose de l’abdomen » (Habdomen = Hp (10)).

Les travailleuses exposées et enceintes devront porter le dosimètre corporel et le dosimètre abdomen. Pour le contrôle, il faut tenir en compte que la limite de dose que peut recevoir le fœtus (1mSv dès le début de la grossesse) est équivalente à la limite de dose à l’abdomen (2mSv dès la déclaration de la grossesse).

dosimetria extremidades
dosimetria personal

DOSIMÉTRIE NON PERSONNELLE

Les types de dosimétries non personnelles sont :

Dosimétrie de zone pour attribution des doses personnelles

Ce type de dosimétrie se mesure avec des dosimètres identiques aux dosimètres corporels. Ils doivent être placés à des endroits représentatifs de là où se trouvent les employés exposés lorsqu’ils travaillent.

On obtient des doses en termes de « dose équivalente en surface » (Hs = Hp (0,07)) et de « dose équivalente en profondeur » (Hp = Hp 10)). Le service de dosimétrie fournira ces doses à l’entreprise pour que son service de radioprotection puisse estimer les doses des travailleurs exposés, ce qui est seulement possible pour les travailleurs de catégorie B.

Dosimétrie d’ambiance pour l’évaluation des zones

On utilise les mêmes dosimètres que ceux utilisés pour la dosimétrie corporelle mais on les place à des endroits stratégiques (là où il est probable d’obtenir les doses les plus élevés) tout autour d’une installation pour vérifier que les blindages sont efficaces et donc, que l’environnement est bien surveillé.

Le service de dosimétrie fournira à l’installation les doses en termes de dose équivalente en surface (Hs = Hp (0,07)) et de dose équivalente en profondeur (Hp = Hp (10)).

Dosimétrie de contrôle

Elle se mesure avec des dosimètres identiques aux corporels. Ce sont les responsables de la radioprotection des installations qui les utilisent pour évaluer différentes situations ou pour faire des recherches.

Le service de dosimétrie fournira au responsable de la radioprotection de l’installation, les doses, en termes de dose équivalente en surface (Hs = Hp (0,07)) et de dose équivalente en profondeur (Hp = Hp (10)).

Types de dosimètres

Il existe deux types de dosimètres :

DOSIMÈTRES UTILISÉS POUR LA DOSIMÉTRIE: DOSIMETRES UTILISES POUR LA DOSIMETRIE : CORPORELLE / DE L’ABDOMEN / D’AMBIANCE POUR L’ATTRIBUTION DE DOSES PERSONNELLES / D’AMBIANCE POUR MESURER LES DOSES EN ZONES STRATEGIQUES / DE CONTROLE.

Ce sont des dosimètres par thermoluminescence. Ils sont constitués de 4 éléments : 2 de nLi2nB4O7:Cu et les 2 autres de CaSO4 :Tm, et placés dans des porte dosimètres de plastique qui sont dotés d’une fine pellicule de plastique.

Ils détectent les rayons X et Gamma ainsi que les rayons corpusculaires Beta. Lorsque l’on obtient la lecture des 4 éléments, on applique un algorithme pour évaluer le type de rayonnements (photons ou particules Beta), leur énergie et les doses équivalentes en surface (Hs = Hp(0,07)) et en profondeur (Hp=Hp(10)).

DOSIMETRES D’EXTREMITES

Ce sont des dosimètres par thermoluminescence, constitués par un élément de 7Li211B4O7:Cu, insérés dans une bague. Ils sont utilisés pour mesurer les rayonnements X, gamma et beta.

Après la lecture de l’élément, on obtient la dose équivalente pour l’extrémité où la bague était portée (main droite ou gauche) (Hext. = Hp (0,07)).

dosimetria-personal
anillo dosimetria

Normes et formats du service de dosimétrie

Le Service de dosimétrie de S.C.I. a établi des normes pour le bon usage des dosimètres. On retrouve entre autres, la procédure à appliquer en cas de perte de données dosimétriques pour la dosimétrie personnelle, selon les instructions du CSN.

normas y formatos dosimetria

PERTE DES DONNEES INFORMATIQUES

La perte des données informatiques peut être due à :

  • La perte du dosimètre.

En plus de la perte matérielle du dosimètre, on considère qu’un dosimètre est perdu lorsqu’il n’est pas renvoyé au laboratoire dans les 5 mois qui suivent la date normale de retour. Cela est considéré comme une perte de données dosimétriques.

  • La détérioration du dosimètre.
  • Une lecture anormale.

La perte de données dosimétriques entraîne l’attribution à l’utilisateur d’une dose représentative de la fraction de la limite de dose annuelle correspondant à la période d’utilisation du dosimètre.

Cette dose, selon la règlementation en vigueur (Décret royal, 783/01) sera :

  • Pour une dose équivalente en surface (Hp(10))= 40mSv/mois.
  • Pour une dose équivalente en profondeur (Hp(10))= 2mSv/mois.

En cas de perte de données dosimétriques pour non-retour d’un dosimètre, on prendra comme période d’utilisation un mois sur deux pendant la durée de non-retour de 5 mois, c’est-à-dire 3 mois.

On attribuera les doses suivantes :

  • Pour une dose équivalente en surface (Hp(0,07))= 120 mSv
  • Pour une dose équivalente en profondeur (Hp(10))= 6 mSv

Ces doses attribuées (doses administratives) pour perte de données dosimétriques pourront être modifiées. Pour que cela soit possible, il faut que les 3 conditions suivantes soient remplies :

  • Le changement doit être autorisé par le titulaire de l’installation.
  • Le changement doit être justifié et documenté par une personne qualifiée en radioprotection
  • Le travailleur doit donner son accord.

La demande de modification doit être signée par les trois personnes et l’original doit être envoyé au service de dosimétrie.

NORMES DU SERVICE DE DOSIMETRIE

FORMATS DU SERVICE DE DOSIMETRIE

Pour inscrire une installation (entité) ou des utilisateurs, arrêter un abonnement ou autres, les formats suivants doivent être utilisés

Types de rapports dosimétriques

Il existe deux types de rapports dosimétriques : les personnels et les non personnels

RAPPORTS DE DOSIMETRIE PERSONNELLE

Ceux-ci se divisent également en deux catégories :

Rapport de dosimétrie général

Celui-ci contient les données dosimétriques mensuelles des utilisateurs de l’entreprise. Il comprend les données concernant la dosimétrie corporelle ainsi que celles concernant les « autres doses » (extrémités, abdomen, etc…)

Dans les données corporelles, il indique pour chaque utilisateur les doses équivalentes mensuelles attribuées, en surface et en profondeur, en plus des doses accumulées sur l’année officielle et sur les cinq dernières années officielles pour les doses en surface.

Pour les « autres doses », il indique pour chaque utilisateur les doses équivalentes mensuelles attribuées aux extrémités (main gauche et/ou main droite) et/ou à l’abdomen, ainsi que les doses cumulées sur l’année officielle pour les extrémités et en période de grossesse pour l’abdomen.

Rapport de dosimétrie individuelle

Ce rapport contient les données dosimétriques sur une période donnée pour un utilisateur de l’entreprise. Il indique la dosimétrie corporelle et les « autres doses ».

En ce qui concerne la dose corporelle, il indique pour chaque utilisateur les doses équivalentes attribuées pour chaque mois de la période, en surface et en profondeur, en plus des doses cumulées sur l’année officielle et pour les doses en profondeur, les doses cumulées sur les cinq dernières années officielles.

Pour les « autres doses », il indique pour chaque utilisateur les doses équivalentes attribuées sur chaque mois de la période aux extrémités (main gauche et/ou main droite) et/ou à l’abdomen, ainsi que les doses cumulées sur l’année pour les extrémités et en période de grossesse pour l’abdomen.

servicio de dosimetria personal externa
servicio de dosimetria personal

RAPPORTS DE DOSIMETRIE NON PERSONNELLE

Ces rapports non personnels se divisent en deux parties, la dosimétrie générale et la dosimétrie par point de mesure.

Rapport de dosimétrie générale

Il contient les données dosimétriques mensuelles des points de mesure de l’installation. On indique, pour chaque point de mesure, les doses équivalentes en surface et en profondeur, attribuées dans le mois.

Rapport dosimétrique par point de mesure

Celui-ci contient les données dosimétriques pour une période de temps définie, pour un point de mesure de l’installation. Pour chaque point sont indiquées les doses équivalentes, en surface et en profondeur, attribuées pour chaque mois de la période.

Les normes de notre service de dosimétrie incluent des explications sur les rapports de dosimétrie.

Limites de doses

Selon la règlementation actuelle (Décret royal 783/2001), les limites de doses pour les travailleurs exposés aux rayonnements ionisants sont :

Pour une année officielle :

  • En surface : 500 mSv
  • En profondeur : 50 mSv
  • Extrémités : 500 mSv
  • Cristallin : 150 mSv

Pour cinq années officielles (consécutives) :

  • En profondeur : 100mSv

Limite de doses en période de grossesse (à partir de la déclaration de la grossesse) :

  • Abdomen : 2 mSv

POUR PLUS D’INFORMATION CONCERNANT CE SERVICE

Appelez-nous au +34 918844393/ +34 902888831 ou envoyez-nous un e-mail à sci@scisa.es. Vous pouvez également contacter nos agences d’Espagne, de France, des Etats-Unis, du Mexique, Pérou ou Chili.